عربي  |   ENGLISH
Pub1
Avis et circulaires lancement du nouveau site de l’UPR.

L’Union Pour la République(UPR) a le plaisir d’annoncer à ses vaillants militants et militantes, ainsi qu’à l’honorable public,  le lancement de son nouveau site électronique officiel  à partir du 1er janvier 2017. Un site, dans une version récente,  techniquement  renouvelée, … Continue reading

Pour continuer ...
Fil d’actualités
  • Le président du parti félicite les populations du tagant Pour la réussite de la visite présidentielle
  • Présentation du Parti de l’Union Pour la République (UPR)
  • Le Président du parti reçoit l’Ambassadeur algérien accrédité en Mauritanie
  • Le Président du parti s’entretient avec son groupe parlementaire
  • Le Rendez-Vous des Oiseaux, le Banc d’Arguin
  • lancement du nouveau site de l’UPR.
  • Communiqué du bureau de la coalition des partis de la majorité
  • Le conseil municipal delebheir se retire du parti « Tawasoul » et adhère au Parti UPR.
  • Le président du Parti, accompagné d’une importante délégation a l’accueil du président de la République a Ajewft:
  • Le président du Parti prend part à la cérémonie de levée des couleurs sous la présidence du Président de la République a Atar:
  • news title
Un petit mot à l’attention de l’elite

Ahd_Mahud_Isselmou_0_11

Un petit mot à l’attention de l’elite/Ahmed Mahmoud Ould Isselmou

De l’antiquité à nos jours et au sein de toute société humaine, l’ELITE a toujours représenté l’acteur principal qui véhicule les facteurs et mobiles impulsifs et déterminants de tout développement économique, culturel et social.

Dans cet article, on s’attellera dans une première partie à définir notre ELITE nationale et à procéder à son classement en catégories et sous composantes spécifiques.

La deuxième partie, consistera à faire un bref aperçu critique de cette ELITE , et donc jette la lumière sur les comportements, agissements et habitudes néfastes qu’elle ne cesse de vulgariser et de propager dans notre société depuis quelques décennies.

En fin, la troisième partie se rapporte à une corrélation entre les opportunités et avantages qu’offre le contexte actuel du pays et ce que doit être, de notre point de vue, le réel devoir de cette ELITE vis-à-vis du peuple, du pouvoir et de la nation toute entière.

Première partie.

Une étude transversale de notre société m’a permis d’identifier trois grandes catégories de l’ELITE, ayant chacune plusieurs composantes. Ces catégories se présentent comme suit :

Une première catégorie renfermant l’Intelligentsia Technocrate, Professionnelle et Culturelle (ITPC), constitue la crème et l énergie cinétique de notre ELITE et comporte entre autres, les composantes suivantes:

Les magistrats, les avocats, les notaires, les greffiers, les huissiers, les administrateurs, les ingénieurs toutes spécialités comprises, les chanceliers, les médecins, les chirurgiens, les techniciens supérieurs de santé, les gestionnaires d’hôpitaux, les experts judiciaires, les hommes de lettres et de culture, les écrivains, les universitaires, les étudiants d’universités, les instituteurs , les inspecteurs d’enseignements primaire et secondaire , les professeurs , les journalistes , les artistes , les musiciens , les cinéastes , les hommes d’affaires , les grands entrepreneurs , les gestionnaires des grandes sociétés publiques , les comptables publics , les experts comptables ,les auditeurs , les cadres de conception et d’exécution des politiques et stratégies économiques au sein des départements sectoriels , ….etc.

La deuxième catégorie de l’ELITE est dénommée intelligentsia Politique et Sociale (IPS). Elle est constituée de : Les notables et hommes politiques les sociologues, les dirigeants et militants des partis politiques, les députés, les sénateurs, les maires, les conseillers municipaux les membres de la société civile…. etc.

La troisième catégorie , qui certes revêt une importance particulière dans notre société à 100% musulmane , est dénommée Intelligentsia Religieuse (IR). Elle est composée de : Les oulémas , les imams , les douats , les enseignants et étudiants des mahadras ; … etc.

Deuxième partie.

On se permet dans cette deuxième partie de l’article, de taquiner farouchement cette ELITE à laquelle, d’ailleurs nous sommes organiquement liés. A cette occasion, nous avouons et sans aucun complexe, le fait d’avoir une part de responsabilité, quant aux préjudices causés à notre société dans son vécu quotidien au niveau des pratiques et comportements on ne peut plus néfastes qui ne cessent de s’enraciner dans notre subconscient collectif.

De notre point de vue, nous considérons malgré les 54 années écoulées depuis notre accession à l’indépendance , que les comportements, attitudes et agissements de la bonne frange qui est notre ELITE à l’égard de notre peuple (gouvernés) et de notre pouvoir (gouvernants) gangrènent sérieusement, l’atteinte des objectifs poursuivis par les diverses politiques et stratégies d’épanouissement et de développement mises en place jusqu’à présent dans notre pays.

Nous sommes conscients, au moment de l’écriture de cet article que ces réalités percutantes et amères pourront susciter le mécontentement de certaines sphères élitiques dépourvues d’humilité, de patriotisme, d’objectivité et de réalisme. En ce sens seules les personnes vulnérables de par leurs propres cursus et leurs réalités intrinsèques, s’en sentiront visées au premier chef.

On se rappelle ici chers lecteurs, d’un exemple frappant à ce sujet : L’Erudit et Daïa Mohamed Ould Sidi Yahya, auquel j’exprime ici mon profond respect et ma haute considération, pour les actions inlassables, désintéressées et sincères qu’il mène au sein de notre société conformément aux préceptes et fondements de la Charia disait autrefois : « Moi, je me limite à dresser le portrait du directeur ou du responsable qui usurpe, détourne et spolie avec animosité et volupté excessive les biens communs de l’état et du peuple. Aussitôt, dit-il : Je constate que les personnes concernées se font très vite distinguer. Elles paraissent furieuses et ébahies par ces propos complètement anonymes ». De manière générale, notre ELITE s’est démarquée de sa propre mission au profit du désir effréné de l’enrichissement rapide, pour lequel tous les moyens sont bons. La prolifération du matérialisme et la généralisation du commerce à toutes les activités humaines dans cette mondialisation ou globalisation impitoyable, asphyxient toute la morale au sein de l’ensemble de la communauté.

L’ITPC connait des composantes fortement influencées par le souci d’amasser les richesses par tous les moyens et n’importe comment, sans se soucier de l’intérêt général et du devenir du pays.

L’accomplissement de façon déontologique et diligente du service d’intérêt public, n’est de nos jours, la préoccupation et l’apanage que de rares personnes, souvent marginalisées et traitées d’inefficaces et sans poids au sein de leur société.

L’arnaque du peuple, le pompage et le bradage de ses ressources pour des services censés être d’intérêt public, et partant plus ou moins gratuits, sont des phénomènes nés avec la prolifération du commerce dans ses plus barbares et inhumaines applications.

Les services publics sont biaisés au profit des services privés par le biais de la sous-traitance malsaine et ce dans tous les domaines. Ils ne peuvent offrir la moindre assurance aux citoyens dont le seul salut réside dans ce qui est offert par l’état. Par ailleurs, l’éducation et la santé peuvent êtres citées comme services quasiment engloutis par le privé, par le commercial. Nous constatons de nos jours, que seuls les déshérités, les pauvres, les laissés pour compte font recours à ces services publics. C’est un fait indéniable, n’est-ce pas ?

Cette même I’TPC, cause d’énormes pertes aux pouvoirs, aux décideurs publics et leur engendre des disfonctionnements et problèmes structurels considérables afférents au management et aux fulgurantes charges qu’elle occasionne. Par conséquent, l’ITPC doit être consciente du fait qu’elle renferme en son sein des investissements faramineux en capital humain et financier , qui doivent être au fur et à mesure amortis et restitués à la nations. Il est irréaliste que l’ITPC ne s’emploie pas à rembourser ce qu’elle a coûté à la nation à titre gratuit et sous différentes formes.

L’IPS, quant à elle, toutes tendances comprises, prône à tout prix à travers certaines de ses composantes, l’atteinte de ses objectifs qui se reflètent sous de multiples natures.

Les « politiques » quant à eux cherchent inlassablement par le biais de discours truffés de mensonges, d’hypocrisie et de démagogie, à s’assurer de l’adhésion des pauvres castes sociales à leurs idéaux et ce, très souvent, à l’occasion de compétitions ou élections municipales, législatives ou présidentielles.

Le renouvellement des instances des partis et surtout de ceux aux pouvoirs, a été, de tous temps une occasion privilégiée à l’appât aux hommes. Nonobstant de rares personnes dont l’apport est perceptible sur la scène nationale, certains activistes de la société civile agissent nébuleusement à travers des organisations non gouvernementales ONGs pour des fins d’intérêts personnels et sectaires.

Les missions et taches pour lesquelles ces ONGs ont reçu des récépissés des ministères habilités, embrassant tous les domaines de la vie économique, culturelle et sociale, restent à l’état de slogans purs et simples. Les dirigeants de ces ONGs , n’ont comme apanage que la recherche aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays de l’argent facile et parfois par des moyens contraires à toute éthique et valeur morale.

Occupant une importance capitale dans notre société et jouissant par conséquent de tous les égards et de toutes les considérations, l’IR manque d’efficacité et d’impact positif par rapport aux incidences et effets de la mondialisation qui crée perpétuellement des situations et phénomènes sociologiques totalement contraires à notre religion, nos valeurs morales et spirituelles.

L’implication effective de ce groupe dans les situations et conflits politiques, le recours aux interprétations subjectives des textes religieux et aux différentes formes de complaisance, sont indéniablement des facteurs qui affectent négativement le prestige et la crédibilité de cette catégorie

Troisième partie.

Cette troisième partie de l’article est consacrée aux multiples opportunités offertes à l’ELITE dans cette ère de démocratie pluraliste, de liberté de la presse, de sécurité et de stabilité et de nouvelles orientations économiques , culturelles et sociales dont les effets d’entrainements deviennent de plus en plus perceptibles.

A ce niveau, on ne peut que louer les politiques et stratégies visant à révolutionner les conditions générales de notre ELITE , enclenchées depuis quelque années par le gouvernement sous la direction clairvoyante de son excellence Mohamed Ould Abdel Aziz Président de la République , sur la voie de l’amélioration des conditions générales de notre ELITE .

Entre autres mesures correctives prises dans le cadre des politiques et stratégies mises en place par le gouvernement on peut citer : l’audit des effectifs de la Fonction Publique ; les reformes sectorielles entamées dans tous les secteurs clés de la vie économique, culturelle et sociale , La lutte contre le détournement des deniers publics, la gabegie et toute autre forme de gaspillage, la création de cadres, juridiques, déontologiques et éthiques régissant la plupart des professions citées dans les trois catégories, ITPC, IPS et IR ; majless el vetwa welmedhalem.

Cette partie aborde ce que , de notre avis , cette ELITE doit désormais faire pour servir correctement le pays respectant, d’une part les règles déontologiques qui régissent ses missions respectives et d’autre part , nos obligations et préceptes religieux et moraux . Elle doit faire preuve de ses compétences et de son talent en œuvrant à émanciper et à former les populations tout en les aidant à profiter des bienfaits de la mondialisation galopante et à éviter ses effets parfois nuisibles et dévastateurs.

L’ITPC , doit mettre son savoir et savoir faire à la disposition du peuple . Elle doit se démarquer de toute attitude et sentiment de supériorité à l’égard des populations. L’humilité, le patriotisme, le civisme et l’abnégation au travail doivent être les principales caractéristiques des différents membres de cette catégorie.

A l’égard du pouvoir, l’ITPC doit, inconditionnellement remplir ses missions avec un degré élevé de conscience professionnelle, de compétence et de responsabilité. Cette catégorie doit se comporter avec prudence et sagesse vis-à-vis de la mondialisation qui souvent cherche à vider les sociétés de tout ce qu’elles ont comme valeurs, principes et bonnes mœurs.

Les personnes constituant les composantes de cette catégorie qui ont la charge de services d’intérêts publics, doivent éviter d’en faire une activité clientéliste ou lucrative. Ceci sera à l’antipode de toute déontologie et logique professionnelle.

L’IPS, doit se comporter de façon sincère vis-à-vis , aussi bien des populations dont elle fait tantôt une matière première , tantôt une passerelle ou pont , dans le but d’atteindre ses objectifs . Les politiciens, syndicalistes et activistes de la société civile doivent désormais avoir pitié de nos populations, les servir loyalement et les faire profiter du produit de leurs actions.

Ceux parmi cette catégorie qui militent, soit dans des partis de la majorité au pouvoir, ou au sein de l’opposition doivent désormais marquer leur action par des activités et œuvres bénéfiques pour le peuple, qui leur serviront d’arguments légaux et probants dans le cadre de leurs futures campagnes électorales. Du point de vue de tous, l’IR représente le cadre unique et adéquat où nous sommes tous censés trouver par le vouloir d’Allah le salut recherché, le bonheur et la prospérité aussi bien dans les mondes d’ici bas que dans celui de l’au-delà.

Cependant, il serait souhaitable que cette catégorie aussi respectable et majestueuse, s’active d’avantage dans sa mission on ne peut plus difficile, dangereuse et sacrée

Elle doit affronter courageusement et sans complaisance aucune, tous les faits et phénomènes quelques soient leurs origines qui entrent en conflits avec nos croyances et pratiques religieuses, et avec la panoplie des valeurs et mœurs héritées de nos ancêtres.

En fin l’IR doit dorénavant s’éloigner autant se faire que peut, des tyrannies et conflits politiques et conserver une position équidistante de tous, pour remplir son rôle de manière loyale et impartiale.

Conclusion

Le raffermissement continu de l’Unité Nationale, de la cohésion et de la paix sociale, ainsi que l’édification d’une économie compétitive, forte et prospère, doivent ensembles constituer l’apanage de notre chère ELITE dans toutes ses catégories et composantes.

Toutes les tars, pratiques, attitudes et comportements, d’antan doivent être combattues et bannies de notre moi, conscient et subconscient collectif et transcender toutes théories ne convenant pas à nos réalités culturelles et sociales.

Pour certains qui sont d’ailleurs une minorité écrasante nous dédions le proverbe : Elli Mavkerchou Laadham Mayradess. Pour nous autres, que DIEU nous pardonne on rappelle un autre proverbe : Ervoud Khatyet Vem Hassi.

Ahmed Mahmoud Ould Isselmou








Radio


Pub1

Union Pour la République © Copyright 2017